• Catherine

L'aromathérapie


Méthode de soins par les plantes issue de l'Ayurveda, l'aromathérapie existe depuis la nuit des temps à travers le monde.

20 siècles avant JC, l'empereur de Chine Kwayg. T mentionne les propriétés de très nombreuses plantes. Toutes les civilisations antiques ont développé à côté de l'agriculture la médecine par les plantes (appelée phytothérapie puis aromathérapie) et la plupart des grands médecins du passé ont été des phytothérapeutes.

Selon les époques, les caractéristiques médicinales ou aromatiques ont prévalu (conservation des momies, aromatisation des bains, désinfection des plaies avec les onguents, parfums, vins aromatiques au Moyen-Age). On admet désormais que cette multitude d'huiles essentielles pures, savamment dosées et préparées parfois en mélange sont d'un grand secours à l'organisme si elles sont de qualité et prescrites de manière avisée.

Dans l’occident moderne, si l’entretien de la peau passe par son lavage, on oublie bien souvent de la nourrir et encore plus de la masser, comme en ont gardé le réflexe les sociétés traditionnelles du monde entier.

La peau, par son réseau complexe de capillaires, à le pouvoir d’absorber les huiles essentielles et l’action du massage se trouve ainsi renforcée par leurs effets. Ces bienfaits sont à la fois d’ordre symptomatique (soulager les problèmes circulatoires, les cellulites douloureuses, les contractures, etc.) et d’ordre psycho-sensoriel, car leurs senteurs nous placent dans un état de réactivité particulier qui influence notre psychisme.

Il faut noter que la combinaison de différentes huiles essentielles est plus qu'une simple addition.En effet, lorsqu'elles sont mélangées, certaines huiles augmentent mutuellement leurs pouvoirs thérapeutiques : elles ont un effet synergique. Ainsi, le mélange obtenu présente des propriétés bien plus puissante que la somme de chacune.

On admet désormais que les huiles essentielles pures, savamment dosées et préparées en mélange, sont d'un grand secours à l'organisme si elles sont de qualité et prescrites de manière avisée.

Cependant, il y a une difficulté incontestable à sélectionner ces huiles essentielles, autrefois appelées essences de plantes. Cette appellation garantit que l'huile essentielle provient uniquement de la plante indiquée sur l'étiquette, elle n'est ni mélangée, ni coupée avec des molécules d'autres huiles essentielles ou des molécules de synthèse. Il convient donc d'être prudent : les "quintessences de plantes aromatiques" ne sont pas toujours naturelles et les falsifications nombreuses : rallongée avec de la térébenthine ou enrichie en éléments de synthèse (le menthol dans la menthe...).

L’huile essentielle est un principe aromatique obtenu exclusivement par distillation à la vapeur d'eau ou par expression (comme les agrumes, citrons, oranges...) différente dans sa composition de l'essence végétale. D'où l'importance d'une distillation menée à basse température et à basse pression qui permettra à l'huile essentielle de conserver sa qualité aromatique totale.

Pour être distillées, les plantes aromatiques sont placées dans un alambic ; sous l'action de la chaleur, l'eau devient vapeur et entraîne les molécules aromatiques contenues dans les plantes. Ce mélange passe dans un serpentin de refroidissement. A la sortie, un vase florentin sépare l'huile essentielle de l'eau ; l'huile, plus légère, reste à la surface. L'eau aromatique ayant servi à la distillation est séparée de l'huile et s'appelle hydrolat ou eau florale, elle contient moins de 5 % d'huile essentielle.

Bien entendu, le rendement dépend de chaque espèce et être parfois extrêmement faible, ce qui justifie le prix élevé des huiles essentielles. Ainsi pour obtenir 1 kg d'huile essentielle, il faut 4 000 à 12 000 kg de mélisse ou 150 kg de fleurs de lavande.

Toutefois, par leurs arômes très prononcés, elles ne sont pas toujours très agréables à prendre, il est donc conseillé de les prendre dans un lait chaud avec du miel, du yaourt ou sur un sucre.

Attention toutefois, si les huiles essentielles possèdent des qualités extraordinaires, il convient d'être prudent dans leur maniement du fait de leur concentration extrême car certaines huiles extrêmement puissantes peuvent être caustiques voir toxiques. Insolubles dans l'eau, elles peuvent être cause de brûlures buccales et gastriques sérieuses en usage interne.

Avant tout emploi, prenez des précautions élémentaires, et principalement en ce qui concerne le dosage ainsi que le mode d'application. Je vous conseille d’utiliser un livre sur l’aromathérapie, de prendre contact avec un naturopathe ou de demander conseil à votre pharmacien.

Dans tous les cas, par mesure de sécurité, ne les laisser jamais à la portée des enfants.

En outre, l’usage de certaines huiles essentielles chez la femme enceinte est à proscrire absolument (armoise et menthe) et l’usage d’autres entourées de grandes précautions. En effet, certaines huiles essentielles, les emménagogues peuvent induire des troubles sérieux ou des contractions (si massage). Les périodes cruciales pour le fœtus sont des premiers jours de la conception au 4ème mois.

Toutefois, certaines huiles essentielles sont très utiles pendant la grossesse : la lavande à petites doses à partir du 6ème mois (quelques gouttes dans le bain) détend. Attention, il faut éviter lors des massages le tour des poignets et les chevilles ainsi que le ventre après les 3 premiers mois.

Naturellement actives, les huiles essentielle présentent des garanties d'efficacité indiscutables, d'hygiène et de santé.

    ​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110