• Catherine

L'orgasme prostatique

La définition de l'éjaculation précoce est la survenue de celle-ci avant le souhait d'éjaculer, lors de stimulations sexuelles minimes avant, pendant ou juste après la pénétration.

L'éjaculation précoce repose sur 3 éléments :

- le temps : elle survient trop vite (bien que cette notion soit subjective…),

- le contrôle : vous ne maîtrisez pas suffisamment le moment de l'éjaculation qui survient avant que vous ne le souhaitiez,

- la souffrance : cette situation provoque chez vous une détresse personnelle et éventuellement des problèmes relationnels au sein de votre couple.

Son origine est multiple : pendant l’acte sexuel, le cerveau est en éveil et vous permet de ressentir désir, plaisir, excitation, parfois difficilement maîtrisable. L’anxiété, le stress, les tensions ou les conflits relationnels peuvent aussi perturber le contrôle de l’éjaculation.

Quand l’éjaculation précoce ne se résout pas toute seule, vous pouvez prendre la décision de vous livrer auprès d'une écoute attentive et tester une technique de relaxation et de prise de conscience approfondie de votre corps. Vous y apprendrez à moduler l’intensité de l’excitation, à conserver votre érection avec une sensation de plaisir et de bien-être considérable et à retarder l’éjaculation.

Tout d'abord, pour profiter pleinement du plaisir, il faut pouvoir se détendre, lâcher prise et se mettre en situation de laisser venir l’orgasme plutôt que de le provoquer. L’orgasme précèdent de très peu l’éjaculation, vous apprendrez à dissocier les deux par la stimulation patiente des zones sexuelles secondaires par des massages et des caresses (voir massages Découverte du corps ou Centre du corps). Vous pourrez ainsi vous centrer sur vos sensations tout en restant détendu. La zone entre les testicules est très sensible mais de nombreuses zones peuvent être stimulées : mamelons, pieds, creux axillaires, périnée, face interne des cuisses et des bras, poignets, cou, abdomen…

Nous travaillerons sur la respiration abdominale pour permettre de faire circuler l’énergie sexuelle et de la diffuser dans l’ensemble du corps. La musculation légère des muscles périnéaux est également fondamentale pour augmenter les sensations et bloquer l’éjaculation lorsque l’on est à la limite du point de non-retour. Pour cela, il suffit de consacrer un peu de temps à des exercices physiques quotidiens accessibles à tous.

L’essentiel de ces exercices consiste à muscler et maîtriser les muscles pubo-coccygiens (muscles PC), qui retiennent le sang dans le pénis au cours de l’érection. Plus ils sont entraînés, plus vous savez les détendre et plus l’érection est ferme et durable. Parallèlement, en travaillant la respiration, vous pouvez apprendre à contrôler l’énergie montante de l’orgasme afin de la diffuser dans le corps tout entier. Vous pouvez pratiquer ces exercices dès maintenant et/ou prendre rendez-vous pour un massage afin d'accompagner vos efforts.

Stoppez la miction

Quand vous urinez, entraînez-vous : stoppez le jet, relancez-le en le propulsant au maximum, interrompez-le à nouveau. Le but est de parvenir à réaliser l’exercice au moins cinq ou six fois avec le minimum d’effort.

Faites travailler vos muscles PC

Expirez profondément en relâchant totalement vos muscles PC, puis contractez-les au maximum en inspirant profondément par le nez. Répétez le cycle une douzaine de fois. Pour rendre l’exercice plus profitable, mieux vaut ralentir les inspirations et faire durer les contractions plutôt qu’en faire davantage. Il est important d’entraîner les muscles PC tous les jours. Cet exercice peut se faire dans toutes les positions (allongé, assis, debout) et dans toutes les situations (au feu rouge, dans le métro, lors d'une réunion, etc.).

Respirez en profondeur

Asseyez-vous confortablement. Gardez le dos droit. Placez vos mains de manière confortable. Commencez par inspirer calmement et profondément par le nez, en gardant les épaules et le thorax immobiles et en gonflant le ventre, puis expirez en vidant tout l’air de vos poumons. Idéalement, votre expiration prend deux fois plus de temps que votre inspiration (comptez environ trois secondes pour l’inspiration, six pour l’expiration).

Répétez l’exercice pendant cinq minutes, moins si vous ne pouvez pas plus, et jusqu’à vingt minutes si vous avez le temps. L’important, une fois encore, est de s’exercer un peu tous les jours.

La mise en pratique

Commencez votre entraînement seul. Accordez-vous une demi-heure où vous ne serez pas dérangé. Prenez de l’huile de massage, mettez-vous nu et partez à la découverte de votre corps. Caressez-le tout entier, faites le nécessaire pour obtenir une érection. L’objectif de cet exercice est de vous découvrir, de vous concentrer sur vos sensations. Évitez de vous laisser distraire par des souvenirs érotiques, ils vous éloignent de votre corps.

Ne vous concentrez pas exclusivement sur la tête du pénis, caressez-le entièrement, massez votre périnée (zone entre les testicules et l’anus), et n’hésitez pas à stimuler l’extérieur de votre anus qui regorge de terminaisons nerveuses. N’oubliez pas non plus le reste de votre corps, souvent négligé…

L’intérêt de varier le rythme et les caresses est d’augmenter l’intensité de l’excitation sensuelle lentement et en profondeur, afin de ne pas basculer dans une éjaculation. Profitez de ce ralentissement pour observer et constater vos sensations. Quand vous sentez que vous êtes proche d’une éjaculation, cessez vos caresses et respirez profondément par le ventre plusieurs fois. Cela répandra l’énergie sexuelle dans tout votre corps et la diminuera dans les parties génitales. Si vous ne pouvez plus vous retenir et que vous éjaculez, ne vous en voulez pas, cela arrivera souvent et ce n’est pas si grave.

Enfin, quand vous vous sentez prêt, approchez-vous de l’orgasme sans aller jusqu’à l’éjaculation. Cessez tout contact avec vos parties génitales. Expirez profondément puis inspirez en contractant au maximum vos muscles PC, retenez votre respiration, puis contractez tous vos muscles (PC, cuisses, fesses, abdominaux, dos, épaules, biceps, poings, mâchoires).

Comptez jusqu’à dix, puis relâchez-vous et respirez tranquillement et profondément. Vous sentirez les contractions de la prostate, caractéristiques de l’orgasme sans éjaculation. Vous constaterez que bien que votre érection soit retombée après cet orgasme intérieur, vous pouvez toutefois recommencer sans délai.

Voici quelques conseils pratiques pour vous aider à mieux contrôler votre éjaculation lors d'un rapport sexuel :

- préférer la femme dessus ; c'est moins stimulant,

- entraînez-vous à décontracter le plus possible tous les muscles du corps,

- apprenez à respirer : un exercice de respiration profonde, avec le ventre et non le thorax, en phase avec les mouvements de va-et-vient, permet de ralentir la survenue de l’éjaculation,

- faites durer les "préliminaires" (caresses, baisers, etc.) le plus longtemps possible,

- retirez-vous lorsque vous sentez que l'éjaculation va survenir et profitez-en pour caresser et vous faire caresser par votre partenaire afin de faire retomber la pression,

- ne vous mettez pas la pression : l’anxiété de la performance accélère la survenue de l’éjaculation par l’action de l’hormone du stress,

- relaxez-vous, ce moment de détente privilégié dans votre couple est un acte d'amour et de tendresse, non une recherche de performance,

- dans l'idéal, laissez faire votre partenaire...

Faites de votre sexualité un espace de créativité, de découverte de vous-même et de l’autre.

    ​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110