​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110
    • Catherine

    L'éjaculation précoce


    Partie 1

    Je vous propose quelques posts sur l'éjaculation précoce.

    Vous y découvrirez des informations sur ce trouble et des conseils pour le régler.

    Je vous présente également succinctement les deux massages que je vous propose de recevoir pour vous accompagner sur ce chemin passionnant à la découverte de votre corps.

    Bonne lecture !

    Quand parle-t-on d'éjaculation précoce ?

    On qualifie une éjaculation de précoce ou rapide :

    - lorsqu'elle survient toujours ou presque toujours avant la pénétration vaginale ou dans la minute qui suit la pénétration,

    - qu'il existe une incapacité à retarder l’éjaculation lors de chaque ou presque chaque pénétration vaginale,

    - que cette situation entraîne des conséquences négatives, telles une détresse, une frustration, une gêne et/ou un évitement des relations sexuelles.

    Parmi les hommes souffrant d’éjaculation précoce permanente, 90 % éjaculent en moins de une minute (et 30 à 40 % en moins de 15 secondes), 10 % éjaculent entre une et trois minutes après la pénétration.

    5 % de ces hommes éjaculent involontairement avant même la pénétration.

    On distingue l’éjaculation précoce primaire, qui est présente à chaque rapport avec des partenaires différentes durant toute la vie, et l’éjaculation précoce secondaire ou acquise qui apparaît alors qu’elle n’était pas présente lors des précédents rapports sexuels.

    L'éjaculation non maîtrisée toucherait près d'un homme sur trois. Il est toutefois difficile d’obtenir des chiffres précis, d’autant que le diagnostique est longtemps resté vague. Par ailleurs, très peu d’hommes se considérant comme atteints par ce trouble consultent un médecin pour cette raison.

    Quelles sont les causes de l'éjaculation précoce ?

    Dans 90 % des cas, le problème existe depuis le début de la vie sexuelle.

    Si aucune anomalie physique n'est en cause, il s'agit uniquement d'un trouble du comportement éjaculatoire. Aussi, l'éjaculation précoce ne représente pas un problème grave puisqu'il y a érection et éjaculation.

    Le problème se limite juste à la difficulté de contrôler l'éjaculation.

    Et le contrôle, ça s'apprend !

    Diverses causes entrent en jeu, mais dans la grande majorité des cas, l'éjaculation précoce a une origine psychologique :

    - l’anxiété, notamment l’anxiété de performance ou peur de l'échec,

    - le fait d’avoir une nouvelle partenaire,

    - des premières expériences vécues dans la rapidité par peur d'être surpris,

    - des conflits inconscients,

    - des difficultés conjugales,

    - une activité sexuelle peu fréquente,

    - le sevrage ou l’abus de certains médicaments ou drogues (notamment les opiacés, les amphétamines, les médicaments dopaminergiques, etc.),

    - l’abus d’alcool...

    Les causes ne manquent pas !

    Bien qu'il apparaît évident que certains facteurs psychologiques et environnementaux ont un rôle à jouer, plusieurs facteurs biologiques peuvent également favoriser ce trouble, notamment :

    - une hypersensibilité du gland,

    - une hyper-excitabilité du réflexe d’éjaculation,

    - des troubles de la transmission des messages nerveux dans le cerveau ou une hypersensibilité de certains récepteurs nerveux (notamment les récepteurs à la sérotonine),

    - une inflammation de la prostate (prostatite chronique),

    - des anomalies de la glande thyroïde (hyperthyroïdie),

    - une maladie neurologique, comme la sclérose en plaques.

    Aucune étude à grande échelle n’a cependant pour l’instant mis en évidence de façon claire le rôle de l’une ou l’autre de ces causes neurobiologiques.

    En outre, certains hommes pensent que ce problème est dû à leur trop grande sensibilité. C'est faux et c'est même plutôt l'inverse. En effet, si leur éjaculation se produit de façon réflexe et incontrôlée, c'est qu'ils ne sont pas sensibles aux différentes étapes de la montée du plaisir.

    Pourquoi associe-t-on l'éjaculation précoce à des problèmes d'anxiété ou de manque de confiance ?

    Le stress et l'anxiété accélèrent toujours le réflexe d'éjaculation. C'est un héritage de notre animalité. En effet, l'animal stressé par peur de l'attaque d'un prédateur éjaculera plus vite et l'homme n'y échappe pas. L'anxiété va donc toujours avoir un effet accélérant sur l'excitation et sur la survenue de l'éjaculation.

    L'image de soi intervient également. Dans notre société, la sexualité a une grande importance et le genre humain a abandonné l'instinct sexuel au profit de la recherche du plaisir. Cette recherche demande une performance à tout prix et l'homme qui ne se sent pas à la hauteur de ses espérances se sent dévalorisé.

    Se posent alors les fondements d'une spirale négative dans laquelle beaucoup s'enferment sans vraiment savoir comment s'en sortir.