• Catherine

Kama Sutra : 7

Les préliminaires

La conception de l'épanouissement charnel repose sur deux idées : hommes et femmes sont partenaires dans l'acte sexuel, mais ils divergent souvent dans leur définition du plaisir. Les hommes sont plus facilement et, hélas ! beaucoup plus rapidement satisfaits que les femmes, pour qui le rapport sexuel va au-delà d'un contact physique fugace. Mais ce n'est pas parce qu'elles le désirent moins. La libido féminine, libérée, peut littéralement laisser un homme sur le carreau. L'essentiel du concept réside donc dans cette libération.

La passion féminine naît d'une étincelle allumée par une personnalité, des émotions, un moment et une ambiance. Autant d'ingrédients nécessaires, alliés à l'intimité, pour que naisse l'émotion érotique féminine.

Qui veut devenir un bon amant doit donc aborder le coït comme le saint des saints d'un palais aux multiples splendeurs. Mais avant d'atteindre ce sanctuaire, il faudra traverser maintes salles somptueuses : c'est là la fonction hautement excitante des préliminaires.

Car, ne l'oublions pas, la quête en elle-même est aussi gratifiante que son objet. Y parvenir par un raccourci, c'est manquer la plus belle part du voyage… et risquer de décevoir votre déesse, même si elle n'en laisse rien paraître parce qu'elle est amoureuse.

Le bon amant, donc, ne précipite rien. Certes, le rapport sexuel court à ses adeptes, et il est parfois dicté par les circonstances, mais tout indulgente que je sois pour l'homme aux prises avec ses pulsions, il faut mieux viser que cela, à savoir l'extase et la plénitude.

Question pratique : quand commence ce délicat processus ?

Réponse : souvent bien avant le premier contact physique !

L'amant pressé de dégrafer le soutien-gorge de sa compagne doit comprendre que celle-ci, pour s'abandonner, a besoin de se sentir à l'unisson, stimulée intellectuellement et physiquement.

Cela ne veut pas dire qu'une femme ne peut faire l'amour de façon satisfaisante sans être amoureuse, mais que, pour stimuler sa sensualité, l'homme ne doit pas seulement secréter de la testostérone. À lui d'éveiller son désir en la faisant rire, en la mettant en valeur, en lui prouvant qu'il a aussi un cerveau, même s'il ne l'utilise que pour l'imaginer nue...

La personnalité est d'une importance cruciale. Sans avoir le cerveau d'Einstein et le corps d'Apollon, il s'agit d'être capable de retenue, d'imagination, de sensibilité, d'humour, d'intelligence, et, en option, de virilité. Certains estimeront que c'est trop demander, mais le bon amant se doit de posséder, au-delà de sa musculature, des qualités personnelles lui permettant -point critique- d'apprécier la femme en tant que personne.

Ce qui a peu de chances de se produire si le mot "sexe" est susurré dès le premier regard ! En somme, plus le désir sexuel est impérieux, plus l'éventualité de son accomplissement doit-elle être suggérée. Et ce, par mille artifices.

On l'aura compris : l'amant doit cultiver l'art de la retenue. Pour cela, il devra acquérir certains talents. Bien sûr, je n'attends pas de l'amant qu'il maîtrise toutes ces disciplines mais la richesse de l'offre proposée ouvre le domaine amoureux à toutes sortes de champs, des plus profonds aux plus légers, parfois sérieux, parfois frivoles. Le maître mot restant la variété des plaisirs.

La musique figure en tête. Aucune nécessité d'être musicien professionnel, mais savoir chanter, jouer d'un instrument ou ne serait-ce qu'apprécier la bonne musique permettra d'émouvoir sa partenaire et constituera toujours une bonne entrée en matière.

    ​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110