​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110
    • Catherine

    Kama Sutra : 11


    Ils continuent lorsqu'elle renverse la tête pour rire d'une plaisanterie, lorsqu'il lui lit un poème de son recueil préféré, l'invite à s'installer confortablement sur un divan pour une partie de dés, de Scrabble ou de cartes ou alors qu'ils sont assis calmement sur la balançoire.

    Comment ? Trop sentimental pour vous ? Pressés d'en venir au vif du sujet, n'oubliez pas que faire l'amour implique des sentiments et que la femme n'y prend vraiment plaisir qu'à condition de se sentir respectée. Ne sacrifiait jamais les plaisirs physiques sur l'autel de considérations extérieures.

    Peu d'hommes, hélas, réalisent que la relation physique sera plus satisfaisante si elle est précédée d'un prélude "spirituel" où tous les trésors dont la chambre regorge entreront en jeu avant que l'on passe au lit.

    Pour mieux s'en convaincre, il suffit de regarder l'exemple de Krishna, le plus aimable des dieux amoureux de l'hindouisme. Selon les anciens, Krishna ne manquait pas de jouer de sa flûte enchantée lorsqu'il gambadait et faisait la cour aux vachères. Les jeunes femmes, mariées ou non, se précipitaient alors vers lui, libres de toute inhibition.

    Les textes mettent en évidence le lien entre l'attraction physique du dieu et la mise en scène de ce moment dans une ambiance érotique : c'est au début de l'automne, nous dit-on, après la mousson, dans un paysage luxuriant et verdoyant où les fleurs de jasmin et les nénuphars sont en fleurs et par les nuits claires et étoilées que la flûte prend ses sonorités les plus claires.

    L'attirance physique naît alors de l'intime combinaison de la mélodie, de la grâce ambiante, de la sensation d'un temps suspendu et du charme de la nature resplendissante qui les entoure. Cette ambiance érotique, fragile mais irrésistible, résulte de cette association.

    Les mortels, hélas, sont bloqués par leurs conditions. Ce que Krishna pouvez faire impunément, les hommes ne le peuvent. Mais ces limitations ne doivent pas servir d'excuse pour traiter la sensualité avec mesquinerie.

    Aucun détail n'est trop insignifiant pour ce grand œuvre. L'amant doit non seulement se brosser les dents, se parfumer, mais aussi mâcher des denrées susceptibles de parfumer sa bouche, se baigner et se raser quotidiennement, oindre son corps d'huile tous les deux jours, utiliser un savon à base de plantes pour se laver, s'assurer qu'aucune trace de transpiration ne souille ses aisselles et pratiquer la sieste afin d'être en forme pour les plaisirs suivants.

    Et lorsque enfin le soir lui amène sa bien-aimée, il doit l'accueillir avec raffinement et engager une conversation qui la mette à l'aise.

    Après ces préparatifs, lorsque l'ambiance est créée, quand et comment passer à l'étape suivante ?

    Testez les eaux, observez les réactions de l'aimée, sachez évaluer le moment où elle sera prête. Un geste prématuré serait désastreux : il faut l'éviter à tout prix et ne jamais présumer de la disposition d'une femme, car agir de la sorte violerait le caractère sacré de l'acte d'amour et rabaisserait la femme.