• Catherine

Kama Sutra : 21

Toutefois, si les morsures comme les griffures ouvrent tout un domaine à la créativité, il faut en connaître les limites : le corps de l'aimée n'est pas un laboratoire pour les expériences de sculpture dentaire !

Ces descriptions méritent une étude attentive, car elles ont été testées pour contenir les morsures de la passion à l'intérieur des limites acceptables par une femme de bonne volonté, avec une grande variété de moyens. Même si elles semblent difficilement imitables, leur technique est accessible avec de la pratique et progressivement, bien sûr.

Vous ne devez pas perdre de vue non plus que votre compagne est invitée à rendre œil pour œil et dent pour dent ! Si, dans le feu de la passion, vous mordez à belles dents votre partenaire, vous ne devez pas vous étonner qu'elle veuille vous rendre la pareille.

La pratique amoureuse est par nature égalitaire et démocratique : pas de sexe plus faible à ce jeu ! Votre compagne n'a aucune raison de se comporter comme un morceau de chair, passive et soumise à vos caprices, et une femme qui ne respecte pas la loi du talion n'a pas vraiment compris les règles amoureuses. Celui qui marque doit être prêt à être marqué.

Cependant, ce jeu ne doit jamais mener à la surenchère. Dans l'idéal la morsure doit, au pire, mener à un simulacre de querelle d'amoureux, mais jamais à une rancune qui laisserait chaque partenaire meurtri.

Vous pouvez mordre dans un débordement involontaire de désir afin de provoquer chez votre bien-aimée des sommets encore plus ardents. Dans ce contexte, même si elle a un peu mal, elle ne sera pas en colère. Bien au contraire, elle pourra s'en servir comme prétexte pour épicer le jeu amoureux. Voici une méthode à cette fin :

"Dans un tel moment, elle doit saisir son amant par les cheveux, renverser sa tête et boire à sa bouche, puis, aveuglée par l'amour, fermer les yeux et le mordre ça et là."

Quel homme résisterait au pouvoir séducteur d'une telle attitude ?

Maïthuna, Accouplement

Au seuil de tes lèvres, se pose la voix d'une sève en fièvre,

Sève créant la voie du fleurissement,

Des caresses aimant, toucher l'or du corps,

Et le corps des nuits, dans le temps –dès lors inspiré– qui jouit,

En notre abandon où l'Amour est don, d'échanges parfaits incarnant l'union,

D'un partage fait de nobles pulsions, réalisant l'être, force des ancêtres,

Préservant la vie par le puissant chant, rythmant les envies, d'âmes se cherchant,

A travers la profonde paix de sexes trouvant l'Agapè !

Agapè : Amour désintéressé, sans désir de possession de l'autre. Car si, dans l'acte amoureux, les pensées des deux partenaires sont différentes, c'est comme s'il y avait l'union de deux cadavres.

    ​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110