​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110
    • Catherine

    Kama sutra : 24

    L'acte sexuel

    Ce long apprentissage de l'étreinte, du baiser, des griffures, des morsures et de la violence va culminer avec la découverte des méthodes pour multiplier le plaisir sexuel de l'acte lui-même car c'est dans la diversité que réside toute la beauté de cet acte.

    Si l'homme n'a qu'un lingam et la femme un seul yoni, leurs possibilités d'agencement sont infinies. En tant que bon amant, vous vous devez d'en être conscient afin de ne pas confiner la pratique sexuelle à une monotonie prévisible et poussiéreuse, hélas ! trop fréquente. Connaître une seule technique ne saurait suffire ; il vous faut les multiplier, tenter des expériences, exercer et proposer des choix, se dresser contre la tyrannie de l'unique et donner libre cours à votre imagination.

    Et ne jamais manquer de s'émerveiller devant les possibilités offertes par le corps lorsqu'il est souple et en bonne santé. L'homme croit en général que c'est lui qui fait les premiers pas. En fait, souvent, c'est la femme qui décide comment l'homme avance ou même s'il avance. L'efficacité d'une approche masculine directe (dans l'idéal) est conditionnée par l'angle, la posture et la manière dont sa partenaire le reçoit, et par ses mouvements.

    Votre conjointe peut, allongée sur le dos et bassin soulevé aussi haut que possible, vous accueillir dans la position "du missionnaire" ou, relevant les cuisses et les écartant, se mettre en position "ouverte" ; ou encore, en position "de serrage", vous permettre de vous étendre de tout son long sur elle ; et si elle entrecroise ses cuisses avec les vôtres, vous voici dans la position "entrelacée".

    Enfin, elle peut relever les cuisses jusqu'à la verticale pour former la position "de la ficelle tendue". Si vous commencez à vous sentir comme un missile guidé, votre partenaire peut bouger son corps et ses membres de mille manières pour accroître son plaisir.

    Puisqu'une liste exhaustive de tels mouvements est impossible, il suffit de citer quelques exemples : votre partenaire peut relever ses jambes et les placer sur vos épaules, dans une variante de la position ouverte ; ou replier ses cuisses contre sa poitrine ; ou encore placer une jambe sur votre épaule tandis que l'autre reste allongée, pour imiter le bambou fendu ; ou enrouler une jambe autour de votre cou, comme pour "poser un clou" ; ou jouer les crabes transis en repliant ses jambes sur votre poitrine ; ou encore croiser les mollets pour rappeler le lotus bleu...

    Comment devez-vous vous comporter face à une telle gymnastique ? En conduisant votre aimée à encore plus de diversité, en l'aidant et, bien sûr, en se montrant à la hauteur. Votre aimée n'a que faire d'un spectateur neutre s'émerveillant de ses contorsions : c'est un partenaire enthousiaste et disposé à un peu d'exercice qu'elle attend.

    Une variante à la position du "missionnaire" peut être créée à deux : par exemple, vous placez la jambe de votre partenaire sur son épaule pour transformer la position "ouverte" ou choisir un peu plus de confort en repliant les jambes de votre partenaire de manière qu'elles touchent sa poitrine lorsque vous la pénétrez. Vous pouvez aussi montrer votre volonté de vous sacrifier en l'encourageant à enrouler une jambe autour de votre cou. Ils existent d'autres positions dans lesquelles le rôle masculin est littéralement de l'ordre du pivot : l'une, particulièrement périlleuse, préconise que vous vous appuyez sur un mur et soutenait votre partenaire, assise sur ses mains comme sur un filet, pendant qu'elle accomplit des mouvements latéraux en se soutenant au mur.

    Ceci dit, avouons le : beaucoup d'hommes choisiraient sans doute le célibat à vie plutôt que d'accomplir de telles prouesses techniques ! Aussi, est-il important de comprendre la philosophie qui sous-tend l'énumération de positions aussi acrobatiques. Il ne s'agit pas tant d'exécuter ces positions que de s'en inspirer pour comprendre que l'acte sexuel est susceptible de variations infinies. Si quelques-une de ces positions ne demandent aucun effort, d'autres nécessitent un certain apprentissage. Toutes procurent du plaisir. Et, par-dessus tout, elles permettent de réinventer l'acte et d'augmenter son plaisir.

    Elles ne sont pas faites pour décourager, mais pour accroître le désir d'expérimenter et de développer des techniques toujours plus créatives. Par ailleurs, plus une position est difficile, plus elle met en évidence la nécessité d'une participation commune. Si l'un des partenaires est à la traîne, l'acte risque d'échouer. L'idée n'est pas que les partenaires contribuent dans la même mesure à toutes les positions : la comptabilité n'a pas cours dans la vie amoureuse.

    Mais les partenaires doivent être associés dans la poursuite commune du plaisir sensuel. La plasticité des femmes et leur capacité, souvent latente ou même cachée, à changer de rôle si créativement dans l'amour doivent être reconnues des hommes. L'idée qu'elles servent de réceptacles passifs à une passion déversée à la va-vite me répugne. Et j'envoie se rhabiller tout homme qui utilise la difficulté des positions comme alibi pour manquer d'énergie et d'imagination, au lieu d'essayer de se montrer à la hauteur de ces enseignements. La variété proposée est aussi une manière pour vous inciter à la curiosité est à l'ouverture d'esprit.