top of page

Que sont les parapraxies ?

Saviez-vous que la mémoire, en plus d’être bonne ou mauvaise, peut être faussée ? Lorsqu’il y a une sorte de distorsion de la mémoire, on parle de parapraxies (ou paramnésies).


Ainsi, les gens peuvent garder ou non des souvenirs d’un événement ou d’une expérience, mais il peut aussi arriver que ces "souvenirs" soient déformés. Ces distorsions peuvent apparaître aussi bien dans la population clinique que dans la population non clinique. Découvrez les différents types de parapraxies.


Que sont les parapraxies ?


Les parapraxies ont été définies désigner des erreurs mnésiques mineures, comme le phénomène du bout de la langue ou l’oubli des noms et des dates. Ces expériences peuvent apparaître chez des personnes ayant un fonctionnement mnésique absolument normal, comme chez des personnes présentant une pathologie.


Ainsi, les parapraxies ou paramnésies ont à voir avec les oublis quotidiens que nous commettons tous. Ces distorsions pathologiques de la mémoire sont dues à l’inclusion de faux détails ou d’une référence temporelle incorrecte. Les parapraxies et les paramnésies sont des concepts similaires, et nous les regrouperons donc dans une seule catégorie. Dans cette catégorie, nous trouvons deux groupes d’anomalies de la mémoire : les anomalies de la mémoire et les anomalies de reconnaissance.


Le phénomène de ne pas pouvoir se souvenir


Nous tombons sur une personne en dehors du contexte dans lequel on l’associe normalement et vivons une expérience de reconnaissance sans mémoire complète, c’est-à-dire que nous connaissons la personne mais "nous ne savons pas comment". Un fait très curieux qui se produit généralement avec nos enfants lorsqu’ils rencontrent un enseignant en dehors de l’école. Ils savent que ce dernier a une vie à l’extérieur de l’école, mais son existence, dans leur esprit, est étroitement associée à l’école.

"Je connais son visage, mais pas son nom". Lorsque nous sommes capables de reconnaître et d’identifier correctement quelqu’un, mais que nous sommes incapables de retrouver son nom, il s’agit d’une parapraxie. Le souvenir est faible ou atténué.


Sembler savoir


Ici, la personne est convaincue qu’elle sait quelque chose et, cependant, lorsqu’elle tente de le prouver, elle échoue. C’est un phénomène qui arrive fréquemment avec des informations sémantiques (noms, mots…).


Sur le bout de la langue


Ce type de parapraxie ressemble au type précédent. La personne est convaincue de connaître parfaitement un mot, mais elle est incapable de le retrouver. On pense que son incidence augmente avec l’âge.


Lacune temporaire


Quand nous ne prêtons pas attention aux événements, ou quand nous ne les enregistrons pas comme des marqueurs temporaires, il arrive que nous éprouvions une sensation de perte dans notre mémoire. Il s’agit d’une lacune temporaire.


Vérification de la tâche


Le besoin de confirmer que certaines tâches ont bien été effectuées est une parapraxie. Cela arrive lorsque notre mémoire est atténuée ou absente lorsque nous réalisons la tâche.


Pseudo-souvenirs et falsification de mémoire


Deux phénomènes entrent dans cette catégorie : la pseudologie fantastique et la fabulation. Dans les deux cas, il y a une fabrication de souvenirs pour combler les lacunes. La pseudologie fantastique renvoie à des récits complètement inventés ou fantasmés que les patients eux-mêmes viennent à croire, et qui sont généralement le résultat de besoins affectifs. La fabulation est une erreur de mémoire liée au syndrome amnésique dans un état de conscience lucide.


Les anomalies de reconnaissance


Le groupe des anomalies de reconnaissance des choses, des personnes, des situations ou des objets, comprend trois types.


Déjà-vu


La sensation de déjà-vu renvoie à l’impression d’avoir déjà vécu une situation alors que c’est la première fois que nous en faisons l’expérience. Cette sensation concerne aussi bien la population normale que la population clinique. Dans la population normale, elle est plus fréquente chez les jeunes et dans des conditions de fatigue, et dure généralement quelques secondes. En revanche, dans la population clinique, elle apparaît généralement chez les patients psychiatriques. Chez ces derniers, la sensation est prolongée et même continue. Cette sensation est fréquente dans les troubles tels que la dépersonnalisation et les épilepsies.


Jamais vu


Dans ce cas, la personne connaît et se souvient d’une situation, mais n’éprouve aucun sentiment de familiarité. Ce sentiment est beaucoup moins fréquent dans la population générale que le phénomène inverse (déjà-vu).


Crypto-amnésie


Elle fait référence à l’expérience selon laquelle un souvenir n’est pas vécu en tant que tel, mais est considéré comme une production originale, vécue pour la première fois. Il y a donc un échec de reconnaissance et le sentiment de familiarité est absent. C’est un phénomène qui se produit toujours avec le matériel sémantique (les mots). Plus précisément lorsque cette reconnaissance n’a pas été associée à des clés personnalisées ou à une mémoire épisodique.


La mémoire est-elle fiable malgré les parapraxies ?


Comme nous le voyons, la mémoire n’est en aucun cas une capacité parfaite, et c’est ce qui expliquerait pourquoi nous souffrons d’altérations ou de distorsions de celle-ci. Rencontrer des difficultés à se souvenir des noms, mots ou personnes est assez fréquent (surtout si nous sommes fatigués). Il en est de même avec les faux souvenirs. La mémoire est très utile, et elle permet aussi d’avoir une identité, mais elle n’est jamais, et ne sera jamais, fiable ou exacte à 100 %.


Nous sommes notre mémoire, nous sommes ce musée chimérique de formes inconstantes, ce tas de miroirs brisés.

Comments


bottom of page