• Catherine

Kama sutra : 26

Briser les tabous

Le sexe ne doit connaître aucun tabou... ou presque.

Je ne suis pas moraliste et n'admet pas la pruderie. Le sexe consiste à donner et à recevoir du plaisir et les amants doivent s'efforcer d'accroître leurs échanges, alors que les hommes qui se font des idées trop rigides du bien et du mal les réduisent.

Du début à la fin, le ton du Kama Sutra reste concret : jamais de jugements moraux ; le propos est d'exposer les techniques pour augmenter le plaisir, pas de commenter la valeur morale de celles-ci.

Dans cette perspective, le timoré se prosterne devant les mauvais autels et il est vivement invité à se libérer de ses blocages mentaux, de ses réserves absurdes, de ses inhibitions et de ses conditionnements erronés. C'est la condition pour accéder à l'épanouissement de ses sens. Ainsi, le sexe à plusieurs ne pose aucun problème entre partenaires consentants. Un homme peut faire l'amour avec deux ou plusieurs femmes en même temps et une femme peut en faire autant avec plusieurs hommes. En ce qui concerne les pratiques orales, chacun doit agir selon sa conscience, ses préférences, son bon plaisir... et, bien sûr, le temps et le lieu dont il dispose.

Avis aux hommes : pour ressusciter la passion, rien de tel que le travail de la bouche. Virilité et savoir-faire n'y changent rien : si l'aimée le désire, l'amant doit savoir s'incliner pour la conquérir.

Je tiens en estime particulière la pratique où les partenaires s'allongent tête-bêche. Dans une telle position, une érection capricieuse ne pourra que revenir. Mais, en cas de vrais problèmes, vous ne devez pas hésiter à utiliser les moyens actuels mis à votre disposition, tel viagra ou autre...

Même si je ne préconise pas une licence totale, je ne m'oppose pas à ce qu'un homme séduise une femme déjà mariée : si le désir atteint une telle intensité que vous en perdiez votre santé mentale et votre appétit de vivre, vous pouvez la poursuivre légitimement. Mais, dans des circonstances moins extrêmes, vous devez soigneusement peser le pour et le contre : la femme en vaut elle la peine sexuellement ? Est-elle digne de confiance ? Quel est l'avenir d'une telle union ? Quel est le risque impliqué par une liaison ? Bien entendu, la question se pose de même lorsque c'est une femme qui perd la tête pour un homme déjà pris...

Je ne m'intéresse pas tant à la morale de l'affaire qu'à ses conséquences pratiques. Quelqu'un qui convoite l'épouse (ou l'époux) d'un autre n'est stupide que s'il agit sans réfléchir...

En ce qui concerne le désamour, apprenez à reconnaître le moment où votre maîtresse a cessé de vous désirer. Les hommes ont parfois du mal à admettre qu'une relation soit terminée. Il n'est pas de très bon augure que l'aimée n'est plus envie d'être embrassée sur la bouche, ne réponde plus aux étreintes, reste inerte pendant les rapports sexuels, ne se laisse plus toucher entre le nombril et les cuisses et fasse semblant d'avoir sommeil quand l'amant est excité.

Et cela ne s'améliore pas si elle le critique en public, l'interrompt, ne rit pas de ses plaisanteries, fait exprès de mal le comprendre, ridiculise son attachement pour elle, évoque sans cesse ses défauts, montre peu de respect pour son métier ou ses études, et recherche la compagnie d'autres hommes.

A bon entendeur...

    ​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110