​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110
    • Catherine

    La route du paradis

    Un jour, le bodhisattva de la compassion jeta un regard vers la terre et y vit la souffrance des hommes. Il décida de se rendre auprès d’eux et de tous les ramener au Nirvana. D’autres bodhisattvas essayèrent de l’en dissuader :

    - Les hommes ne sont pas prêts, laisse-les sur terre.

    Mais sa décision était prise, il irait sur terre secourir l’humanité. Il descendit et invita tous les humains à repartir avec lui pour le Nirvana. Le Nirvana ? Tout le monde voulait y aller.

    L'immense cortège des hommes, suivant le bodhisattva, se mit en route ainsi vers les cieux. En chemin, ils rencontrèrent des collines qui devinrent des montagnes. Certains commencèrent à se plaindre :

    - Nous avons déjà beaucoup marché. Reposons-nous. Ces montagnes sont trop hautes.

    Certains même se fâchèrent et décidèrent d’arrêter là leur voyage.

    Mais une immense majorité continua.

    Une fois passées les montagnes, ils arrivèrent dans une riche contrée : champs fertiles, troupeaux plantureux, forêts giboyeuses. Au milieu, une ville prospère dotée de commerces somptueux.

    - Voilà ce qu’il nous faut ! s’exclamèrent beaucoup.

    Et ils restèrent là.

    Mais les autres, encore nombreux, repartirent avec le bodhisattva.

    Ils parvinrent à une cité où les êtres étaient tous plus beaux les uns que les autres : hommes magnifiques, femmes merveilleuses. Dès le premier coup d’œil, beaucoup de voyageurs tombèrent amoureux et s’exclamèrent :

    - Voilà ce qu’il nous faut : un amant, une amante, l’amour !

    Ils décidèrent de se marier et de s’installer dans cette ville.

    Cette fois, ce ne fut qu’une petite troupe qui décida de suivre le bodhisattva.

    Quand les voyageurs approchèrent de la ville suivante, les habitants vinrent au-devant d’eux, engagèrent la conversation et ne tardèrent pas à tomber en admiration devant ces visiteurs inconnus :

    - Comme vous êtes intelligents, que vous savez de choses, que vous êtes sages ! Restez avec nous, soyez nos maîtres !

    Ils acceptèrent tous. Sans exception.

    Les bodhisattvas eurent un sourire indulgent pour le bodhisattva de la compassion qui revint tout seul au Nirvana.