• Catherine

A la recherche de la perfection

Qu’est-ce qui nous pousse invariablement à aller vers la perfection ? Penchons nous sur ce que cette question évoque pour vous.

Nous vivons à une époque où nous devons être heureux, avoir un travail stimulant, une réussite sociale, être dans une relation épanouissante et le tout bien sûr avec une santé et une forme optimum. Mais, qui nous donnent ses devoirs ? La société ou nos besoins de bien-être ?

Quelle est la part d’échec que nous nous autorisons ?

Devons nous gérer notre vie comme une entreprise vers le zéro défaut ?

Carl Gustav Jung disait : il ne s’agit pas d’atteindre la perfection, mais la totalité.

Mais, mais, mais alors, nous ne sommes pas parfaits ! Quelle surprise !

Et quelle joie de savoir que nous allons pouvoir vivre une aventure qui nous permettra de nous découvrir. La perfection n’existe pas chez l’humain. Par contre, nous sommes sur le chemin de la perfection. Chaque pas, chaque action et surtout chaque changement permet d’avancer à notre rythme.

Regardez les habilités que nous obtenons lorsque nous choisissons de travailler sur nous et que nous vivions dans le moment présent. Nous sommes sur la voix de la sagesse, un pas à la fois. Oui, il y a des jours où l’histoire de notre vie est un drame et le lendemain une comédie alors que nous aimerions tous que chaque jour soit une joie libre et douce.

L'imperfection rime avec action, car la perfection est un chemin, non une fin.

Être imparfait ne signifie pas que l’on a obtenu au passage un droit de faire ce que l’on veut. Non. Être responsable de son imperfection est la première chose à adopter : oui, je reconnais que je suis imparfait et que je dois encore travailler sur mes blessures, sur ce qui me fait résister, toutes mes zones d’ombres.

De multiples outils sont à notre disposition pour être en action. Le travail sur soi peut être fait à travers des ateliers, des livres, conférences, thérapies et les nombres exercices de conscience et de bienveillance.

Renoncer au résultat

Renoncer au résultat n’est pas renoncer à ses buts, à ses objectifs ou être passif. Le lâcher-prise est un geste d’action, de confiance en soi et au processus de la vie qui réserve souvent de très belles surprises.

Lâcher-prise, c’est perdre le contrôle sur les croyances inculquées depuis longtemps : il faut que tout soit parfait, tout doit fonctionner comme je le veux, et à ma manière !

Renoncer au résultat est ouvrir la porte à un monde avec moins de stress, moins d’attente et plus de flexibilité !

La patience

La patience est une position d’action. Un peu comme lorsque l’on médite, il est plus facile de courir dans tous les sens, que de s’assoir, d’avoir une position droite et active, de respirer, de ressentir. Être juste soi, dans le lâcher-prise, hors du jugement, sans rien attendre, est une posture de vie très courageuse.

Être patient, c’est lancé le message à l’univers que l’on est dans l’action détaché du résultat et que l’on fait confiance à ce que la vie nous réserve. Que chaque moment est parfait même les jours de tempête.

Comme dit Horace : la patience adoucit tout mal sans remède.

L’impermanence

Ainsi dois-tu considérer ce monde qui fuit : une étoile à l’aube, une bulle sur un ruisseau, la lueur d’un éclair dans un nuage d’été, une lampe qui vacille, un fantôme, un rêve.

Prajnaparamita Sutra

Dans le bouddhisme, et dans d’autres philosophies, le thème d’impermanence est central. L’impermanence nous enseigne que toute chose apparait, passe et ensuite se transforme. Il est dit aussi que c’est une promesse au changement.

Lorsque l’on réalise que toute chose est impermanente, nous réalisons également l’attachement que nous avons aux objets et surtout aux situations. Nous voyons que le mental pense que rien ne changera, que nous nous identifions, que nous nous caractérisons, que nous nous mettons dans des cases.

Rien est permanent ici bas, ni vous, ni moi, ni les fleurs, ni les pensées, ni la tristesse, ni le bonheur. Tout passe : les soucis passent, l’imperfection passe.

L’impermanence est une promesse du changement.

La bienveillance

Il y a une personne avec laquelle nous n’arrivons jamais à être complètement sincère, bien que nous sachions qu’elle nous connaît à fond et que nous puissions compter sur sa bienveillance : nous-mêmes.

À travers tous ces processus, toutes ces clefs, il y a un état qui nous permet d’accueillir ce qui Est, d’être présent à soi, de ne pas nous juger et d’accueillir nos imperfections : la bienveillance.

Être bienveillant, c’est avoir de la compassion pour soi, c'est nous écouter et surtout être présent comme nous le ferions à notre meilleur ami. Je vous invite à devenir ami avec les parties de vous qui demandent à guérir, ses parties qui émergent lors de ces moments d’imperfection.

Parfaitement imparfait

C’est une perfection de n’aspirer point à être parfait.

Fénelon

Être humain c’est oser, créer et vivre. C’est aussi être incarné dans ce corps et vivre avec ce système émotionnel parfois instable. Notre mission est de travailler sur nos émotions qui nous font vivre sur les montagnes russes de la conscience.

Vivre c’est être, créer, oser, avec toute notre humanité. La perfection de l’intention liée à une reconnaissance de nos imperfections fait que nous ouvrons notre esprit chaque jour à un amour toujours plus grand de soi et des autres.

    ​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110