• Catherine

Le vent

Il y a fort longtemps, de malheureux parents étaient dans une extrême détresse car ils avaient nourri dans leur sein un enfant vindicatif et rageur.

Ils avaient essayé vainement les cajoleries ou les remontrances mais l’enfant se riait de leurs tentatives aussitôt avortées et continuait son infernal manège. En désespoir, ils se résolurent à parcourir un très long chemin pour rencontrer un sage.

Ils lui racontèrent brièvement leur martyr et compatissant, le sage répondit :

- Mes amis, la solution est simple. Prenez cette cage, je vous l’offre. Autrefois un oiseau resplendissant l’occupait mais elle est vide désormais. Quant à l’intérieur, vous aurez réussi à emprisonner le vent, votre fils sera guéri et vous aurez retrouvé la paix.

Sur ses étranges paroles, il les congédia et le couple s’en retourna chez lui plus que circonspect. Néanmoins, ils suivirent à la lettre, la recommandation et commencèrent leur apprentissage. Pendant que leur enfant tapait du poing sur la table, trépignait d’impatience ou poussait des crises, eux, guettaient la moindre brise, le moindre souffle d’air afin de s’en saisir et oubliaient, de ce fait, totalement la présence de leur infâme rejeton.

Leur bonheur était à son apogée lorsque la tempête se déchaînait : aussitôt, ils sortaient tenant la cage vide au-dessus de leurs têtes. Cet étrange ballet commença à produire quelque résultat car voyant l’ignorance où le tenait ses parents, le jeune garçon, paniqué, espaça ses caprices et exigences.

Bien évidemment, jamais le vent ne fut enfermé et continua de glisser entre les barreaux de la cage. Mais l’harmonie revint et un jour, les parents s’en retournèrent visiter leur sauveur pour le remercier.

- Pourquoi, demandèrent-ils, notre enfant est-il devenu aussi calme et doux qu’un agneau ?

Et le sage de leur répondre :

- Parce que vous avez détourné votre attention de l’épreuve et accordé moins d’importance à votre souffrance. Prenant alors de la hauteur, votre libération était assurée. Et, sachez-le, le vent, lui, souffle toujours où il veut.

    ​2020 - par Dhyâna Massages

    1/110