• Catherine

Le tailleur

Un homme avait une vie professionnelle parfaite qui le menait directement au succès.

Seulement, il trainait un mal de tête chronique qui ne faisait qu’augmenter d’année en année. Quand sa santé mentale et sa vie sentimentale finirent par être menacées, il alla voir un médecin.


Après avoir voyagé de spécialiste en spécialiste, il trouva finalement un médecin capable de résoudre son problème :

- La bonne nouvelle, c’est que je peux vous guérir de votre mal de tête. La mauvaise nouvelle, c’est que je suis obligé de vous castrer pour ça. Votre cas est très rare parce que vous souffrez d’un écrasement des testicules contre la base de la colonne vertébrale, et cela cause d’affreux maux de tête. La seule solution pour diminuer la pression m’oblige à vous couper les testicules.

L'homme est très affecté et déprimé par cette nouvelle. Il se demande même si cela servait à quelque chose de continuer à vivre. Cependant, par désespoir, il se soumit tout de même au supplice du scalpel.

À sa sortie de l’hôpital, sa tête allait nettement mieux, mais il avait l’impression d’avoir perdu quelque chose. En marchant dans la rue, il comprit qu’il était devenu quelqu’un d’autre. Il pouvait vivre une vie différente maintenant. En passant devant une boutique de mode masculine, il pensa qu'il avait besoin d'une nouvelle veste.

Il entra donc dans la boutique et dit au vendeur :

- Bonjour, je voudrais une veste.

Le vendeur le regarde et dit :

— Voyons… taille 52, long.

L'homme rit :

— Mais oui ! Comment le savez-vous ?

— C’est mon métier, répondit le vendeur.

L'homme essaye la veste. Elle lui va comme un gant. Alors qu'il se regarde dans la glace, le vendeur ajoute :

— Et que penseriez-vous d’une chemise avec ça ?

Après avoir réfléchi une seconde, l'homme acquiesce.

— Voyons… un 42 large.

L'homme en fut surpris.

— Mais oui ! Comment le savez-vous ?

— C’est ma profession, répondit l’autre.

L'homme essaye la chemise. Parfaite. Alors qu’il ajuste son col, le vendeur ajouta :

— Et que diriez-vous d’une paire de chaussures ?

L'homme n’hésite plus :

— C’est d’accord !

Le vendeur regarde les pieds de son client et dit :

— 42.

L'homme s’esclaffe :

— Mais oui ! Comment le savez-vous ?

— C’est mon métier, répondit l’autre.

L'homme essaye les chaussures. Elles lui vont comme des pantoufles. Il déambule dans le magasin pour en tester le confort, et le vendeur en profite pour lui vendre aussi un chapeau, un pull et un tee-shirt, donnant toujours la taille exacte d’un seul coup d’œil. Pour finir, le commerçant lui offre une paire de slips neufs. L'homme accepte et le vendeur déclare alors :

— 42.

L'homme s’esclaffe encore :

— Là, vous vous êtes planté. J’ai toujours porté du 40 !

Calmement, le vendeur secoue la tête et dit :

— Ah non ! Vous ne pouvez pas porter du 40. Ça va être trop serré ! Ça va vous écraser les testicules et vous filer un sacré mal au crâne…